img004 Denis Ettighoffer, 74 ans, est un des spécialistes français reconnus dans l’étude projective de l’impact des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). Ses contributions à la réflexion sur les évolutions des sociétés, des modèles économiques et organisationnels sont nombreuses. Sa spécificité réside dans sa capacité à analyser le présent, pour en extraire les orientations économiques et sociétales stratégiques pour les décennies à venir. Tout ce qu’il évoque existe quelque part. Et c’est ce qui en fait la force. Il fait penser à Russell Ackoff, célèbre professeur de management de la Wharton School de l’Université américaine de Pennsylvanie, qui pour bâtir un vision du futur ou une nouvelle organisation, recommandait de toujours raisonner « à technologie disponible », en passant par ce qu’il appelait le « present perfect ». Son parcours atypique aura forgé chez lui une pensée singulière. Ainsi, il sera à la fois homme de réflexion, et homme de terrain, mettant en place et pilotant des projets totalement innovants, capable de passer de l’idée avant-gardiste à l’action économiquement efficace

Carrière: Entre salariat et entrepreneur En 1965 – 1969. SEREB (Société d’études et de réalisations d’engins balistiques), future Aérospatiale. En 1969, iles ACAI (Ateliers de création artistique et industrielle). Il déposera plusieurs brevets en développant son propre réseau d’entreprises sous-traitantes. À partir de 1969 (et jusqu’en 2012) il crée, administre ou redresse une dizaine d’entreprises.

1973 – 1981 Ingénieur d’affaires grands comptes chez Kallé Infotec, puis des fonctions de support (« vertical market » : études d’applications de la bureautique) chez Rank Xerox. Consultant responsable du département Bureautique chez iX Conseil puis à la promotion de Gamma International consulting. Membre puis vice-président du collège bureautique de l’Association française de cybernétique économique et technique (AFCET), il organise des rencontres nationales sur les impacts des TIC et sur la modernisation des administrations françaises.

En 1981- 1992. Direction générale de « CSB Bureautique » (filiale commune à Capgemini et Bossard Consultants). En 1983, l’entreprise est absorbée par Bossard Consultants : promu directeur du développement pour les NTIC et senior partenaire (1985-1992), ses missions concernent l’utilisation stratégique des technologies de l’information. À ce titre, il contribue à la modernisation d’administrations centrales (Finances, Équipement, entre autres) et à la mise en œuvre de l’informatique, de la bureautique et de la télématique au sein de nombreuses entreprises et collectivités territoriales. Enfin, il est membre de la commission Thierry-Breton sur le télétravail et les téléservices pour l’aménagement du territoire.

En 1992 – 2006. Création d’Eurotechnopolis Institut Il crée le think tank « Eurotechnopolis Institut » alors qu’il quitte le groupe Bossard Consultants et édite son premier livre. Dès l’origine Eurotechnopolis Institut travaille avec le soutien de grandes entreprises avec lesquellees il organise des conférences sur l’avenir et l’impact des TIC sur la société, le travail, l’entreprise et l’économie. Eurotechnopolis Institut est à l’origine de nombreux projets innovants :

  • En 1993, première banque en ligne Citelis au Crédit mutuel de Bretagne.
  • En 1994, projet CyberPoste3 à la Poste ; il s’agit des premiers bureaux de poste reliés à Internet.
  • La même année, mise en œuvre du premier centre d’affaires et de services partagés, le Telespace de Villard-de-Lans, dédié à l’aménagement du territoire4.
  • Depuis 1994, Il plaide pour un investissement massif dans les industries de la simulation considérant qu’elles seront au XXIesiècle ce qu’a été l’industrie automobile au XXe siècle.
  • En 1995, dans le cadre d’un projet européen réunissant Eurotechnopolis Institut, Lotus (Projet Inter-Communauty), le Groupe IGS, la City University of London et IBM, lancement du premier campus virtuel européen : le CVE.
  • En 1998, il lance le concept de « efertilisation», de cocréation ou co-innovation afin de favoriser le développement d’une nouvelle économie qui est celle des Idées10.
  • En 1999, Création du premier incubateur virtuel ebusiness-génération, qu’il cèdera à la région Poitou-Charentes5.
  • En 2002 : il met au point le prototype de Virtual Business Center : HttpCorp.com, un centre virtuel d’affaires et de services à distance à l’intention des professions libérales, consultants et travailleurs indépendants, concept aujourd’hui repris par Entreprise facile.
  • 2006 vente d’Eurotechnopolis Institut en 2006 au groupe IGS.

En 2005 : Création du blog « Ettighoffer Digital Campus ». Dans le blog Ettighoffer Digital Campus, ce dernier continue ses contributions sur l’influence des TIC dans notre société. Une de ses propositions les plus significatives est celle du droit à l’oubli6,7, qui deviendra une loi.

Il insiste depuis le début des années 2000 sur la remise en question des référentiels traditionnels 8 sous la triple influence de la croissance de l’économie immatérielle, la numérisation du monde et la diffusion accélérée des infrastructures des télécommunications. Il rappelle l’importance de la création de la valeur par l’innovation organisationnelle9. Il reste un fervent défenseur du Copyleft. Selon lui, les TIC ont modifié les règles d’accès aux œuvres et la société doit urgemment moderniser son système de rémunération des artistes. Dès le milieu des années 1990 il évoque une crise des référentiels 13 pour illustrer les difficultés d’adaptation des organisations aux enjeux clés de l’économie quaternaire. Au début des années 2000, avec la fin des effets frontières du fait des TIC, il met en évidence l’importance de la formation des réseaux savants 14 et des zones innovation, en observant que nous passons de la spécialisation des territoires à celle des réseaux, ce qui aura des conséquences majeures sur la conduite du développement économique15. Ses apports sont repris dans des articles qui participent à la réflexion stratégique de l’entreprise16.

Une réflexion associée à l’importance croissante de l’économie « low cost », avec le démarrage d’un nouveau cycle social11 et économique caractérisé par un objectif d’éco-efficience globale rendu possible par les industries du numérique. Pour Denis Ettighoffer, la substitution progressive des « esclaves mécaniques » par des « esclaves numériques » sera un facteur clé pour réduire nos dépenses énergétiques12 et fortifier notre compétitivité vis-à-vis des pays en fort développement.

Denis Ettighoffer est aujourd’hui membre d’IDEFIE, correspondant de l’Académie de l’Intelligence Économique, contributeur de plusieurs blogs. Il s’intéresse à la politique sociale, économique et aux stratégies des États en matière de développement dans une économie numérique. Il exerce encore des activités de conférencier. Enfin, Ii se consacre, sous le nom de Denys DETTER, à l’écriture de romans.

Bibliographie

En 1994, il crée une collection spéciale Eurotechnopolis Institut et Dunod, collection dirigée par Gérard Blanc.

Par ailleurs, Denis Ettighoffer participe à plusieurs ouvrages de réflexion et d’analyse : Halte aux Absurdités Technologiques [archive] (Yves Lasfargue 2003) – L’Empire des Techniques [archive] (Ruth Scheeps 1994) – Géo-économie, Les Batailles des Savoirs [archive] (Choiseul 2010) – Storytelling, le guide [archive] (Édition du Désir 2009). Ses livres sont disponibles par téléchargement libre et gratuit. Denis Ettighoffer, fervent défenseur du libre échange des connaissances [archive] et du « copyleft » a voulu que l’ensemble de ses publications présentées de façon plus détaillées soient librement disponibles sur son site [archive].

Notes et références

  1. Analyse prospective de Denis Ettighoffer [archive]
  2. L’analyse des NTIC par Denis Ettighoffer [archive], sur Diaconesco.tv
  3. Le projet CyberPoste [archive], sur liberation.fr
  4. Cybervillage pour entreprises à domicile [archive], sur L’entreprise.com
  5. L’agence Ebusinessgeneration [archive], sur Journal du net
  6. Les droits de l’Homme numérique : le droit à l’oubli [archive], sur clubic.com
  7. Le droit à l’oubli : Un casse tête juridique [archive] doublecreme.ch, novembre 2009
  8. L’organisation virtuelle [archive], sur Revue française de gestion
  9. L’innovation organisationnelle [archive], sur L’Expansion
  10. L’économie des Idées [archive], sur lesechos.fr
  11. Nouveau cycle social [archive], sur lesechos.fr
  12. Cycle Eco-efficient et crise des référentiels économiques [archive], sur Veillemag.com
  13. Quels référents dans la bataille des nations savantes ? [archive],sur Boostzone Institute
  14.  » L’évolution de l’utilisation de l’Intranet dans les entreprises [archive], Université de Poitiers
  15. Le réseau d’entreprises [archive], sur XIIème Conférence Internationale de Management Stratégique
  16. Management du changement [archive], sur Les Echos
  17. L’appellation « entreprise virtuelle a été proposée en 1992 par Denis Ettighoffer en France et par Davidow et Malone aux États-Unis, puis popularisée par un article paru dans « Business Week » en 1993 [archive], sur lesechos.fr
  18. Le travail en miettes [archive], sur atelier.net
  19. Communiqué de presse, Éditions Dunod. [archive]

 

ecran ebg

En 2002, il met au point une première expérience de Virtual Business Center : HttpCorp.com. Un Centre Virtuel d’Affaires et de services à distance à l’intention des professions libérales, consultants et travailleurs indépendants, concept aujourd’hui repris par l’Entreprise Facile.

ecran httpcorp

 

Quelques unes des Marques Déposés à l’INPI par Denis Ettighofffer

 

Please follow and like us:
0