Dans l’exercice de mon métier de consultant j’ai souvent constaté les difficultés de mes interlocuteurs, dirigeants, cadres, employés ou ouvriers à se projeter dans le futur, à anticiper les évènements. Je suis sûr que vous avez pu faire le même constat, que ce soit dans le spectacle de notre vie politique, dans votre entreprise ou sans doute pour vous-même et vos enfants.

Face à la vie et aux difficultés du présent, la plupart des gens cherchent des réponses « cautionnantes » dans le passé, leur passé. Leurs vécus les renvoient à leur enfance, leur formation, leurs expériences qui sont autant d’éléments de la structuration de leur personnalité. Les gens en souffrance, en difficulté professionnelle ou personnelle, se mettent ainsi fréquemment en situation d’échec car ils sont bloqués sur des schémas anciens. Ceux qui échappent à ce piège sont ceux qui, curieux et imaginatifs, font du futur une aventure stimulante des découvertes de soi et du monde en mouvement. D’accord, la mise en perspective des évènements à venir relève d’une science aussi hasardeuse que celle des prévisions météo ! Mais si la plupart des gens regardent souvent le bulletin météo et leur horoscope, il ne songe pas à s’inventer un avenir dont il tirerait du plaisir. Car c’est cela aussi la prospective : inventer un monde, une vie, une situation meilleure et ensuite faire en sorte que ce rêve prenne sens et un jour réalité. Je suis fréquemment frappé de certains commentaires qui se croient pragmatiques relativement aux écrits projectifs. Ces derniers sont accusés de naïveté, d’utopies, de rêveries et j’en passe. Il est bien dommage que ces « cautionnants » d’un monde plus sombre – le présent et le passé – ne comprennent pas que c’est dans l’anticipation d’un monde meilleur que se trouvent les clés de notre mise en mouvement, de la recherche d’une situation matérielle et psychologique plus confortable. Les dirigeants des entreprises les plus brillants mais aussi nombre des talents dont nous entendons parler aux « infos » font partie des gens ayant cette capacité de se projeter dans l’avenir de la société et celui de leurs entreprises. Les psychologues, comme les coachs eux-mêmes, nous invitent à développer notre capacité à nous projeter vers des avenirs meilleurs à construire sans pour autant oublier les réalités parfois sordides et difficiles du présent. Parler, je veux dire, anticiper les difficultés à venir et utiliser les outils qui pourraient nous y préparer doit faire partie de notre quotidien. C’est la vocation de ma rubrique « Visions d’Avenir » pour le rappeler.

Précédent

Nous fêtons le mariage de Nuk et de l’Hydro !

Suivant

Les réseaux savants d’excellences

A propos de l'auteur

Denis

Denis Ettighoffer, fana de science-fiction, auteur de « L’entreprise virtuelle », le livre qui l’a fait connaître en 1992 est un des spécialistes français reconnus dans l’étude projective de l’impact des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication). Ses contributions à la réflexion sur les évolutions des sociétés, des modèles économiques et organisationnels sont nombreuses. Sa spécificité réside dans sa capacité à analyser le présent, pour en extraire les orientations économiques et sociétales stratégiques pour les décennies à venir. Son parcours atypique aura forgé chez lui une pensée singulière. Son dernier livre, « Netbrain, planète numérique, les batailles des Nations savantes » (Dunod) a reçu le prix du livre du Club de l’Economie Numérique en 2008. Denis Ettighoffer un temps Membre correspondant de l’Académie de l’Intelligence économique collabore désormais avec l’équipe d’IDEFFIE (Développement de l’expertise française et francophone à l’international et en Europe ) .

1 commentaire

  1. Hello Denis,
    Intéressants vos articles ! Peut-être une version papier un jour ?
    Connaissez-vous ces sites ?
    – inizial.fr
    – sciencefictiologie.fr
    Peut-être des ressources pour vous ?
    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-huit − 9 =

Voir aussi

dix-huit − treize =